Logo_Carré_CR.png

Bienvenue au Comité régional Occitanie des clubs alpins français et de montagne

Formations alpinisme en route vers l’autonomie assurance en mouvement juin 2018


Le Comité Départemental 65 a organisé 2 weekends de formation les 23-24 juin et le 30 juin-1er juillet à Cap de Long : un terrain idéal proposant de nombreuses arêtes granitiques.

Initialement prévu le 9-10 juin, les encadrants Eric Gerardin et Romain Pintat (tous les 2 instructeurs CAF) avaient décidé le report à cause de la météo et de la quantité trop importante de neige. Et face à l’afflux de demandes et les disponibilités de chacun, nous avions alors proposé 2 dates afin de satisfaire tout le monde. Et c’est avec l’aide des jeunes du groupe espoir fraîchement diplômés initiateurs que cela a pu se faire.

Compte-rendu du 1er weekend par Félix Lusinchi :

Avec le groupe alpinisme du CAF nous sommes partis deux jours à Cap de Long. Nous étions douze dont trois encadrants (Eric Gérardin, Coline Ariagno et Ivanne Sanchez), avec Nadine Guillaume, Camille Gérard, Claudine Ducasse, Florence Barbejat, Emile Préaux, Valentin Kamps, Erwan Audousset et moi. Quant à Yann Bourguignon, il nous a quand même accompagnés alors qu’il venait de se faire une sévère entorse 3 jours avant du côté de la Ferbos. Il a rongé son frein au parking.

Le premier jour nous sommes arrivés à 9H30 du matin; avant de partir nous avons fait les présentations, présenté les objectifs du stage, préparé le matériel et formé des cordées de deux.

Nous avons fait l'arête Est du Petit Halharisès, nous avons essayé de placer au mieux les points de protection, de progresser en corde tendue et nous avons fait un grand rappel pour descendre du sommet.

Le soir nous avons fait un débrief de la journée, parlé des sensations de chacun et de ce que nous allions faire le lendemain.

Le dimanche, nous avons décidé de continuer l'arête sauf que nous nous sommes divisés en deux groupes: un groupe qui repartait du Petit Halharisès (Moi, Valentin Kamps, Camille Gérard, Nadine Guillaume et Eric Gérardin) et un autre qui partait de plus loin pour essayer de faire le central et le grand.

Nous avons pu bénéficier de conditions idéales et d’un terrain de jeu parfaitement adapté au thème du weekend : de belles approches et descentes en neige, du grand beau temps, de belles arêtes très variées. Nous avons dû nous adapter en variant l’encordement par des anneaux de buste. Nous avons fait  encore 3 rappels mais la progression n’a pas été très rapide.

Nous sommes ensuite rentrés au camp, nous avons remballé les affaires et nous sommes rentrés.

Bilan :

Les participants étaient très divers : 12 à 58 ans  dont la moitié de mineurs avec des expériences de grimpeurs ou de randonneurs alpins. Il faut noter aussi la présence de 5 filles sur 15 candidats.

Tous avaient une petite expérience de la pose de coinceurs et friends. Ils savaient pour la plupart mettre en place un rappel et descendre : ce qui a permis d’aller directement sur les arêtes afin de pratiquer au maximum.

Cependant, le terrain d’arêtes (et l’assurance en mouvement) est le terrain le plus difficile à maîtriser et nécessite beaucoup d’expérience. La progression a donc été lente : choix des protections, rangement du matériel, confection des anneaux, tout cela n’est pas naturel et l’on voit bien qu’évoluer avec la corde est un handicap.

Les initiateurs étaient là pour vérifier et faire répéter les techniques, évoluant quelquefois en solo à côté pour conseiller.

Tous les stagiaires ont été ravi de leur weekend. Il faut dire que des weekends de cette qualité avec un encadrement compétent, un terrain de jeu idéal, du matériel gracieusement prêté par les clubs et un coût très faible (2€ pour le livret de formation, plus le covoiturage) sont une véritable aubaine. Il n’y a qu’à voir ce qui se passe dans une autre fédération, ou ce qui est proposé par les guides (avec des coûts de plus de 150€ pour une prestation équivalente) pour comprendre l’avantage d’être cafiste.

Tant qu’il y aura des formateurs bénévoles motivés et compétents qui s’investissent dans la formation. En effet, passer de nombreux weekends à répéter sans cesse, à évoluer comme des limaces est usant. C’est pour cela que le renouvellement des compétences est important au sein de nos clubs.

Et que ceux qui critiquent l’existence des groupes espoirs se rendent compte que de tels weekends n’auraient pu avoir lieu sans ces jeunes.

Share
Compteur d'affichages des articles
236336